GestSup: le logiciel de support made in France

Il y a quelque temps, je cherchais pour mon activité de développeur Freelance WordPress un gestionnaire de ticket simple et efficace. J’en ai essayé plusieurs: des solutions externes, des extensions WordPress, rien ne me convenait complètement. En discutant avec une amie également Freelance, j’ai découvert GestSup.

GestSup pour Gestion de Support

Avec GestSup comme avec beaucoup d’autres système de ce genre, le support va se faire via un système de ticket. Chaque ticket peut être catégorisé et sous-catégorisé.

Vos clients peuvent ouvrir des tickets, les attribuer à un technicien manuellement ou automatiquement, leur attribuer un degrès d’urgence, de criticité.

L’avantage de ce genre d’outils est que toutes vos demandes de support sont  centralisée au même endroit. Vous avez un historique de chaque problème et surtout leur solution. La solution d’un jour peut resservir dans le futur.

Je pourrais bien entendu vous faire un tour complet de GestSup mais il existe un espace Demo qui vous permettra bien plus facilement de vous rendre compte du potentiel de la solution.

Intégrer GestSup avec votre site WordPress

Mes clients avaient l’habitude de me contacter en utilisant le formulaire disponible sur ma page contact, je l’ai remplacé par une page support qui leur permets d’ouvrir un ticket directement depuis mon site web.

Pour réaliser cette page, j’ai développé l’extension WordPress qui est désormais disponible sur le dépôt officiel WordPress.

WP GestSup Connector

WP GestSup Connector

Wp GestSup Connector vous permets de connecter votre Site WordPress au logiciel de ticket GestSup http://gestsup.fr

Sébastien Serre

Intégrer une Google Map sans extension dans WordPress

Il existe beaucoup de solutions pour intégrer une carte Google dans vos contenus WordPress. Aujourd’hui nous allons voir une solution basée sur un champs Gmap d’Advanced Custom Field (ACF). Cet article est une traduction du tutoriel d’Alicia Ramirez.

Ce tutoriel est basé sur l’utilisation de l’excellentissime extension Advanced Custom Field car elle est utilisée sur la totalité de mes développement et très simple à mettre en oeuvre.

Étape 0: Obtenir une clé API Google Map.

Avant de pouvoir utiliser Google Maps, il va falloir obtenir une clé API Google Map. Vous pouvez  utiliser l’API Standard qui autorise 25000 affichage de carte par jour) ou si vous avez beaucoup de trafic, vous devrez opter pour un plan Premium.

Étape 1: Ajouter du CSS

Coller ce code dans votre feuille de style (style.css) ou ailleurs si vous le pensez plus approprié.

CSS
style.css

Étape 2: Création d’un script Javascript initialisant la carte.

Copiez / collez ce code dans un fichier gmap.js que vous pourrez stocker dans un dossier de votre thème. Pour l’exemple nous prendrons library/js.

JS
gmap.js

Étape 3: Chargement des scripts par WordPress

Maintenant, il vous faut charger les scripts précédemment créé lors du chargement de WordPress. Vous pourriez coller les liens dans le header.php de votre thème… mais ce n’est vraiment pas une bonne pratique WordPress. Nous allons utiliser la fonction dédiée de WordPress : wp_enqueue_script()

Dans votre functions.php de votre thème, ajoutez le code suivant:

PHP
functions.php

Aux lignes 2 et 10, remplacez “XXXX” par votre clé API Google Map.

À la ligne 3, assurez vous d’avoir saisi le chemin vers le script JS  créé à l’étape 2.

Étape 3 – Bonus

Si vous ne voulez charger votre carte que sur certaines page, par exemple la page “Contact”, vous pouvez modifier le code comme ceci:

PHP
functions.php

Étape 4: Affichage de la carte

Dans votre template de page, là ou vous désirez voir la carte, insérez ce code dans la Boucle:

PHP

Assurez vous de bien modifier le nom du champs ACF Google Map. Ici on a utilisé “location” dans get_field('location');.

Conclusion:

Vous venez d’ajouter une carte Gmap dans votre thème WordPress sans utiliser aucune extension. Notez que vous pouvez vous passer d’ACF si vous désirez saisir “en dur” les coordonnées GPS d’un lieu. Il vous suffira d’adapter les valeurs de data-lat et data-lng

Pré-remplir un formulaire Gravity Form avec des paramètres d’URL

Gravity Form est une extension WordPress Premium (entendre payante) offrant la possibilité de construire des formulaires de toutes sortes assez poussés.

Sur un projet, j’ai récemment eu besoin d’alimenter de façon automatique des champs d’un formulaire et je me suis dis que j’e pouvais aussi vous en faire profiter…

Récupérer des informations via les paramètres d’une URL

Si vous êtes développeur, ceci ne devrait pas éveiller de questions, si ce n’est pas le cas vous vous demandez sûrement ce que sont ces paramètres d’URL… vous en avez pourtant déjà tous croisé!

Imaginons une URL du type: https://thivinfo.com/blog/tutoriels/pre-remplir-un-formulaire-gravity-form-avec-des-parametres-durl/ … rien de transcendant hein … maintenant en ajoutant les paramètres:

?checkbox=1&texte=mon%20test

on va se retrouver se retrouver avec cette URL https://thivinfo.com/formulaire-pour-tutoriel-gf-et-parametre/?checkbox=1&texte=mon%20test

Et là avouez que le résultat est sympa et que dans bien des cas, ca pourrait être très pratique!

Comment faire ?

Tout d’abord, il va vous falloir acheter Gravity Form puis créer un formulaire.

Pour un champs simple type “texte”

Prenons exemple de mon champ texte, en back-office vous devrez obtenir ceci:

Dans l’onglet “Avancé”, cochez “Remplir dynamiquement les champs”. Ceci fera apparaître un champs ou vous pourrez nommez votre paramètre. Ici dans un élan d’inspiration je l’ai nommé “Texte” ce qui me permettra d’avoir le paramètre

texte=

Pour un champs avancés de type “checkbox”

Pour ce type de champs, c’est un peu plus compliqué car il ne s’agit pas de simplement remplir un champs de type Input, il faut définir quelle choix cocher…

Pour ce faire, nous allons dans l’onglet “Général” cocher la case “afficher les valeurs” ce qui aura pour effet d’ajouter un champs par choix afin de pouvoir sélectionner facilement l’une ou l’autre des possibilités du champs “Checkbox”.

Il faut bien entendu définir un paramètre “checkbox” dans l’onglet avancé de la boite de Dialogue Gravity Form pour réaliser l’exemple d’URL cité en début d’article.

Précision pour les non-développeu⋅r⋅se⋅s

Il n’y a pas d’ordre à respecter dans les paramètres à mettre dans l’URL. Le 1er paramètre est toujours un ? et les suivants sont séparés par des esperluettes (&).

Et sinon?

Et sinon… vous n’êtes pas obligé de passer les paramètres dans un lien… vous pouvez aussi les placer dans le code-court (shortcode) de Gravity Form à la manière de


                

Précision pour les développeu⋅r⋅se⋅s

Cette technique est très pratique si vous la couplez à la fonction WordPress add_query_arg() qui vous permettra de construire dynamiquement des URL contenant des paramètres. Si vous désirez en savoir plus sur cette fonction, je vous invite à lire l’article très complet de Maxime Culea

Vous aimez WordPress soutenez WeThinkWP !

Comme vous le savez je suis développeur WordPress et j’essaie de m’impliquer dans la communauté en participant au forum d’entraide, en traduisant plusieurs extension WordPress en Français, en proposant des extensions gratuites sur le dépôt WordPress  et en créant quelques troll sur le Slack WordPress francophone 😉

Une autre initiative à vu le jour il y a quelques mois et c’est une initiative qui me tient à cœur et à laquelle j’ai tenu à participer en étant interviewé lors du dernier WordCamp Europe qui s’est tenu à Paris en juin 2017: WeThinkWP

Pourquoi ce projet me tient à coeur?

La première raison est qu’elle vise a mieux faire connaitre WordPress dans nos contrées française… si le CMS propulse environ 30% des sites internet dans le monde, il est encore trop souvent associé à un moteur de blog en France.

Le reportage de 50 minutes devrait sortir en cette fin d’année et permettra je l’espère de mieux faire connaitre WordPress et sa communauté.

En attendant la sortie du reportage final vous pouvez toujours sponsoriser la vidéo afin d’aider financièrement l’équipe derrière le projet qui aidera au final toute la communauté francophone.

Soutenez WeThinkWP

Mise à jour du 17 janvier 2018:

La vidéo finale sera présentée à l’occasion des 10 ans du WordCamp Paris qui aura lieu le 9 mars 2018. C’est déjà complet (le 2eme lot de 100 places a été vendu en quelques heures) mais si vous voulez nous rejoindre, vous pouvez tweeter @WordCampParis votre demande de place qui relaiera l’information et vous aidera a trouver le précieux sésame.

Si vous ne trouvez pas de place ou que vous ne pouvez tout simplement pas vous déplacer, l’évènement sera retransmis en direct via un LiveStream ! Mais là aussi, vous devez réserver votre place… alors n’attendez pas car à l’heure ou je rédige ces lignes, il ne reste plus que 129 places!

Le multisite dans WordPress : Pourquoi? Comment?

Dans ce tutoriel, je vais vous expliquer ce qu’est un multi-site WordPress, pourquoi le mettre en place et surtout comment!

Le multi-site: qu’est ce que c’est?

La plupart d’entre vous doivent connaître WordPress “classique”, WordPress “single” comme on lit aussi. C’est une installation de notre CMS qui va être utilisé pour propulser fièrement un site internet.

En activant la fonctionnalité “Multi-site”, votre WordPress “classique” avec une installation unique va pouvoir propulser autant de sites web que votre serveur saura en supporter!

Le meilleur exemple dans ce domaine n’est autre que wordpress.com la plateforme de sites internet créé et gérée par Automaticc. Ce service commercial qui propulse aujourd’hui plusieurs millions de sites internet n’est en fait qu’une seule installation de WordPress!

Depuis WordPress 3.0, la fonctionnalité multi-site est complètement intégrée dans WordPress.

Dans quel cas utiliser un réseau de site ?

Il peut être intéressant de créer un réseau de site lorsque vous allez avoir plusieurs site a héberger… vous ne gérerez alors qu’une seule installation partageant thèmes et extension. Vous gagnerez du temps en maintenance puisque vous mettrez par exemple à jour un seul Core WordPress, une seule version d’extension ou de thème.

Différentes utilisation possible

On utilise aussi parfois le multi-site pour créer un site multilingue. On fera en sorte d’attribuer une langue par site et de rédiger du contenu du différent par site.

Les sites en réseau peuvent également servir pour créer un site par site d’entreprise, une holding et ses filiales par exemple.

Comment mettre en place un multi-site avec WordPress?

Sachez qu’il existe 2 façons de créer son réseau de site:

  • En sous-domaine: vos url seront de la forme site1.example.com, site2.example.com
  • En sous-dossier: vos url seront de la forme exmple.com/site1, example.com/site2

Si vous installez votre réseau sur une installation neuve, vous aurez le choix entre ces 2 structures. Si vous transformez une installation de WordPress existante, vous n’aurez pas d’autre choix que de choisir l’installation en sous-dossier.

A noter qu’il n’y a pas de chose que vous ne pouvez pas faire avec une des installations et que vous pouvez faire avec l’autre!

Création du réseau

Tout d’abord, pour cette exemple, je vais partir d’une installation locale de WordPress.

Bien sur, il est vivement conseillé de réaliser une sauvegarde complète ( fichiers  + base de données) à ce niveau.

En suivant la bible du développeur WordPress, j’ai nommé le Codex, on comprend qu’il faut créer une constante PHP dans le fichier de configuration de WordPress situé à la racine de votre installation.

PHP
wp-config.php

Cette constante aura pour but de signifier à WordPress que nous l’autorisons à créer un Multisite et concrètement ca donne cela:

Cliquons sur la nouvelle entrée du menu “Outils” nommée “Création du réseau”. Vous obtiendrez cette page:

C’est a cette étape que vous pourrez choisir la structure de vos URL. Soit en sous-domaine, soit en sous-dossier. Si vous désirez opter pour les URL en sous-domaine, il faudra créer une entrée WildCard dans vos enregistrements DNS.
Dans mon exemple ci-dessus, pour obtenir site1.tuto-multisite.local il vous faudra créer en DNS un wildcard avec le caractère astérisque (*) : *.tuto-multisite.local et le faire pointer sur le dossier contenant votre installation de WordPress.

Cliquez sur “Installer”

Ok donc là, j’ai un message d’erreur car j’ai demandé une installation de mon réseau WordPress en sous-domaine et je n’ai pas créé de domaine Wildcard comme demandé. Ceci car sur mon installation locale… ce n’est pas simple!
WordPress à donc essayé de créer à la volée le sous-domaine aléatoire 14b292.tuto-multisite.local et n’y est pas parvenu. Si vous êtes en installation local, vous pouvez créer le domaine en éditant votre fichier “Hosts” notamment.

L’installation est presque terminée, il vous suffit de copier les 2 blocs de code dans le .htaccess et le wp-config.php de votre installation. Remplacez bien le contenu de votre .htaccess avec le bloc ci dessus.

C’est fait? Cliquez donc sur le lien “Se Connecter”

Bravo! Votre réseau de site WordPress est installé!

Découvrons le nouveau Back-Office de notre WordPress multi-site fraîchement installé.

La principale modification, vous l’aurez peut être remarqué réside dans l’apparition d’un nouveau menu, le menu de l’administration réseau:

Ici seront listé tous les sites que vous pourrez créer sur votre réseau de site en tant que Super-admin. En effet, en activant le mode multi-site, un nouveau rôle à été créé, celui de “Super-Admin”.

Qu’est ce que le “Super Admin”?

Sur une installation classique de WordPress, nous avons les rôles “Abonné”, “Contributeur”, “Auteur”, “Éditeur” et “Admnistrateur”. L’Administrateur étant le rôle le plus haut, celui ayant le plus de droit sur votre installation. C’est l’utilisateur ayant ce rôle qui pourra ajouter, activer, supprimer une extension ou un thème. Il pourra également paramétrer complètement votre installation.

Sur une installation multisite, l’installation d’extensions et de thème se fait au niveau de l’administration réseau et plus au niveau de chaque site. Il fallait donc un nouveau rôle, permettant de gérer ce nouveau niveau d’administration.

Si on résume, un administrateur pourra gérer son site tandis que le super-administrateur pourra lui gérer tous les sites du réseau ainsi qu’installer des thèmes et des extensions qui seront disponible sur tout le réseau.

Principes généraux de fonctionnement

Voilà votre Multisite est maintenant installé mais je ne vais pas vous laisser comme ca!

Sachez qu’une extension comme un thème s’installe en tant que Super-admin sur le tableau de bord de l’admin réseau.

Sachez qu’une extension activée au niveau du réseau sera disponible sur tous les sites de votre Multi-site MAIS vous pouvez activer une extension site par site, ou chaque administrateur de site peut activer une extension sur son site.

Pour les thèmes, le fonctionnement est un peu différent, il doit être actif sur le réseau pour être activable sur chaque site. Ainsi, si vous avez un thème et son enfant, vous pouvez n’activez que le thème enfant pour qu’aucune modification ne soit apportée au thème “parent”.

Un WordPress pour plusieurs site? Pourquoi ne pas passer au mapping de domaine ?

Paramétrer un WordPress multi site – multi domaines chez O2Switch - Tutoriels - Multisite - WordPress

Paramétrer un WordPress multi site – multi domaines chez O2Switch – Tutoriels – Multisite – WordPress

Paramétrez facilement votre WordPress Multisite Multi-domaines sur votre hébergement mutualisé O2Switch.

Paramétrer un WordPress multi site – multi domaines chez O2Switch

Le SEO c’est bien… mais faut pas raconter que des bêtises!

Ce matin, au grès de ma veille techno, je suis tombé sur un article d’une pseudo agence de SEO:  prenez au second degré cette lecture

L’article est nommé  “28 faits que vous ignorez à propos de WordPress” et visiblement l’auteur de l’article en ignore encore beaucoup…

C’est pas tout ca, mais passons à la lecture.

Célèbre outil Open source, lancé sur le modèle économique du Freemium,

Mince première ligne, première erreur… WordPress n’est pas sur le modèle Freemium mais sur le modèle Open-Source ce qui est complètement différent… Un Freemium est un logiciel gratuit dont des composants seront payant par la suite pour améliorer le logiciel de base… WordPress est Open-Source c’est a dire que les sources sont disponibles, connues et modifiables par tout un chacun et ce gratuitement… et vous pouvez chercher… tout est gratuit sur wordpress.org.

Ce CMS, aujourd’hui propriété de la compagnie américaine Automatticc

Arrrhhhh c’est dommage… 2eme paragraphe, 2eme erreur (j’espère qu’il n’y a pas trop de paragraphe!). Et non WordPress n’appartient pas à Automaticc. Certes Automaticc participe activement au développement du CMS, certes il s’en sert pour propulser WordPress.com mais non, désolé, WordPress n’appartient pas à Automattic puisqu’il est Open-Source, il appartient à tous ceux qu’il veulent contribuer (c’est écrit la).

on passe au 3ème et dernier paragraphe avant une superbe infographie ou le 1er chiffre donné fait état de prêt de 60% de part de marché des CMS

Retrouvez dans l’infographie suivante toutes les informations les plus surprenantes sur cet outil méconnu du grand public, qui pourtant l’utilise sans le savoir :

Alors faut qu’on m’explique comment un outils ayant une part de marché de 60% est méconnu… a moins qu’il y ai des ponctuations manquante…

Je passe la ribambelle de chiffres sur le nombre d’extension (Plugin c’est en anglais), le nombre de téléchargement…

Au passage on a la rentabilité de Themeforest… ok mais… pourquoi cette entreprise travaillant dans l’ecosystème WP et pas une autre… ils sont nombreux a vendre des thème… surement car c’est le rouleau compresseur…

Envato est la société qui produit les thèmes et les plugins WordPress

Mais… WTF… on m’aurait menti quand je publie des extensions ici ? Envato est la société qui publie également ThemeForest dont nous avons parlé plus haut… c’est juste une place de marché qui prends un pourcentage sur la vente d’extension développé par d’autres entreprise (agence, développeur)…

La sécurité

Ahhhhh la sécurité et WordPress, les mythes ont la peau dure…. je suis désolé de vous apprendre qu’a l’heure ou j’écris WordPress est totalement sécurisé… aucune faille n’est connue…. donc pas exploitée… le jour ou une faille sera connue, un patch viendra la combler avant qu’elle ne soit publiée officiellement… et donc la faille n’aura pas été connu et donc WordPress est toujours sur… après si vous ne faites pas vos mises à jour…. j’ai envie de dire…. tant pis pour vous mais ce n’est pas la faute de WordPress. Si vous ne mettez pas d’huile dans le moteur de votre voiture… il va tourner un peu et finir par casser… vous direz quoi? que la voiture n’est pas solide?

revenons à l’infographie…

Sites Piraté par plateforme: WordPress 78% / Drupal 2%

On remonte l’infographie au début et on lit que WordPress représente 60% de part de marché et Drupal 4.9% alors forcément, mettez vous 2 secondes dans la peau d’un hackeur. Vous avez le choix de passer des heures a éplucher le code d’un CMS pour trouver une faille puis de passer des heures encore, pour développer un bot ou autre qui va aller exploiter cette faille… vous choisissez d’attaquer qui? WordPress avec 1/4 du Web et 60% de pdm dans les CMS ou Drupal avec 5% de PDM ?

De part les parts de marchés détenus par WordPress, les chiffres qui suivent dans l’infographie ne peuvent être qu’énorme…

Concernant la fuite “Panama Papers”, WordPress n’y est pour rien et si l’auteur de l’infographie avait un tant soit peu fait des recherches (meme minimes), il aurait vu de suite que c’etait bien le cas. Il a été démontré que le WordPress qui hébergeait le site dont venait les fuites de doc n’était pas a jour et que a fuite des documents avait été opéré par une extension WordPress et une Drupal qui n’avait pas été non plus mise a jour…

sources:

À lire sur Numerama : Panama Papers : des WordPress et Drupal mal gérés à l’origine d’un piratage ?

https://www.ya-graphic.com/2016/04/cest-wordpress-qui-est-a-lorigine-de-panama-papers/

Un bon point quand même pour l’auteur qui malgré tout sait écrire WordPress!

Création d’une extension dédiée aux Agences Immobilières

Il y a quelques années, j’ai refondu le site d’une agence immobilière des Yvelines. J’avais a l’époque utilisé le framework de thème WPCASA dédié aux agences immobilière pour réaliser le projet sous le CMS WordPress bien entendu.

Il y a quelques mois, cette agence m’a demandée un système d’alerte e-mail pour que ses visiteurs puissent s’abonner sur des critères de recherches et recevoir ainsi un email lorsqu’un bien immobilier correspondait. Aucune extension WordPress adaptée à WPcasa n’existait! Je me suis donc employé à créer cette extension et mon client était satisfait.

Tout va bien alors! Oui sauf que WPCasa a décidé (et a bien fait) de migrer d’un framework de thème vers une extension WordPress. Ils ont bien fait car un thème est fait pour amener un design à un site pas des fonctionnalités… ce a quoi sont destinés les extensions.

Le constat? l’extension que j’avais développée pour mon client ne fonctionnera plus sur les installations de WPCasa en mode plugin extension… il me fallait donc en réécrire une partie!

La procrastination aidant, des mois ce sont passés et un jour, je m’y suis mis! rapidement, car pas grand n’a changé dans le code et une version deuxième version de  WPCasa Mail Alert faisait son apparition. Pour ne pas perdre tout le monde, l’ancien extension a été renommée WPCasa Mail Alert Legacy .

L’extension WPCasa Mail Alert permet donc aux visiteurs de s’inscrire a une alerte e-mail en indiquant:

  • Son nom
  • Son E-email
  • La ville du bien recherchée
  • Le prix minimum
  • le prix maximum
  • le nombre de chambre souchaitée.

Une version payante existe également et est disponible sur ce site. Elle permet pour le moment de rajouter en critères de recherches, le nombre de salle de bains ainsi que le type de “transaction” (Location ou vente).

L’extension payante nécessite obligatoirement la version gratuite puisqu’elle rajoute des fonctionnalités.

Vous avez des idées d’amélioration? dites le moi!

[purchase_link id=”2186″ style=”button” color=”orangered” text=”Ajouter WPCasa Mail Alert au panier”]

 

Pourquoi WordPress ?

Souvent on me demande pourquoi utiliser WordPress et pas un autre CMS? La réponse se situe dans l’infographie publiée ce matin par la Marmite.

Il y a le coté développeur… on peut développer toutes sorte de site sous WordPress sans connaitre une panoplie de langage… et ça c’est cool 😉

Il y a aussi le coté utilisateur. Une fois que le client à son back-office… il est quasiment autonome… et ça… il apprécie!

Ensuite vient le fait que je préfère maîtriser une technologie plutôt que bafouiller sur plusieurs…
Infographie : L'année 2015 de WordPress
Merci à
WP Marmite pour cette infographie.